Tout simplement…

On parle beaucoup de la pollution, de l’environnement, des cancers et autres maladies dues aux pesticides, à notre mode de vie actuel, de la flore et de la faune qui subissent nos erreurs. A notre niveau, on se sent inutile, impuissant. Et pourtant, très simplement, il y a quelques gestes et habitudes à adopter.

Je vous en propose 4, vraiment simples, et qui changent énormément la donne si suivis par beaucoup de monde. Alors autant commencer par vous !

1. Acheter BIO. Oui, c’est cher mais le prix est surtout lié justement à l’intérêt du consommateur. Si chacun s’y met, forcément, les cultivateurs suivront et la « mode » disparaîtra pour faire place à une habitude. Les gouvernements appuieront cette mouvance, soutiendront les acteurs économiques et, du coup, les prix baisseront et permettront à tous, quel que soit son pouvoir d’achat, de manger sainement.

2. Bannissez tout pesticide et insecticide, tout engrais chimique du jardin. Chaque fois que vous utilisez du round-up, que vous vous débarrassez des pucerons en les pulvérisant, vous ajoutez quelques gouttes de mort sur notre terre. Rien ne sert de montrer du doigt l’agriculteur qui pulvérise son champ si, chez vous, vous utilisez ce genre de produits. Oubliez-les tout simplement, et vous serez très surpris de la vie foisonnante qui s’installera en vos jardins, sans artifice aucun.

3. Faites de même pour l’intérieur de la maison: oubliez parfums, pschhhht en tous genres. Optez tout simplement pour des huiles essentielles, naturelles, non polluantes.

4. Triez. Diminuez la quantité de vos déchets le plus possible. pensez compost, pensez local, pensez tout simplement…

 

Voilà, quatre petites choses très faciles et qui changeront non seulement votre vie mais LA VIE ! Ne nous contentons pas de réagir aux décisions politiques, de critiquer pays, professionnels, de jouer les défaitistes ou les résignés. AGISSONS ! Ce n’est vraiment pas difficile, il suffit d’essayer, tout simplement !

Publicités

Graines et semences: la guerre est déclarée !

Vers la fin des haricots ?

La presse en a fait grand étalage depuis fin 2011, les choses bougent et pas vraiment dans le bon sens semble-t-il. Les agriculteurs qui depuis des générations utilisaient leurs propres semences se sont vus affligés un coup dur en France avec le passage d’une loi favorisant les semenciers. On rappellera quelques noms parmi ces fameux semenciers: Syngenta, Bayer, Monsanto, Vilmorin… Pas de quoi se réjouir donc puisque rien que Monsanto brille par les enquêtes à son sujet autour du Round-up qui empoisonne les sols, les OGM, a flirté avec l’aspartame, autre futur scandale de la santé mondiale comme le fut en son temps le lobby du tabac (là aussi la rengaine était « aucun danger pour la santé », de source sûre et scientifique, des études sponsorisées, financées, commanditées par les grandes marques de cigarettes. Tiens, tiens, qui sponsorise les études actuelles sur les OGM, les pesticides, etc. ? Grattez un peu pour voir, juste un tout petit peu, mesdames et messieurs les politiciens avant d’agir en conséquence…)

A l’heure où la semence échappe des mains de ceux qui travaillent la terre et risque bien de disparaître non seulement des champs mais également de nos jardins, quelques résistances voient le jour. Des Maisons de la semence sortent de terre comme dernièrement dans la Loire.

Alors, parce que ceci est VRAIMENT une noble cause. On vous invite à découvrir deux ouvrages sortis récemment qui tournent autour de ces petits grains de vie, ces pépites de la nature, je veux parler des graines !

Premier ouvrage, tout ce qu’il y a de plus sérieux, juste sorti des presses ou presque de Terre Vivante, Produire ses graines bio, écrit par Christian Boué. Après quelques fondamentaux de la sélection et de botanique, l’auteur nous enseigne les différents modes de collecte selon la plante mais aussi les techniques d’amélioration des variétés, la conservation, quelques notions de génétique, etc.
Un livre très complet qui vous permettra de vous lancer dans la récupération des semences, histoire de vous rendre indépendant de ces sachets vendus en pharmac… Euh pardon, jardinerie !
Côté plantes abordées: aubergine, betterave, bette, carotte, céleri, chicorées, choux, concombre, cornichon, courges, épinard, fenouil, aneth, basilic, camomille, cerfeuil, coriandre, persil, roquette, sarriette, balsamine, capucines, cosmos, eschscholtzia, immortelle à bractées, ipomées, juliennes des dames, lupin de russell, muflier ou gueule-de- loup, nigelles, onagre, pourpier à grandes fleurs…

Voir la fiche du livre sur le site de l’éditeur.

Autre ouvrage, plus ludique mais très indiqué pour donner le goût des graines à vos enfants, le Semer pour résister! de Josie Jeffery, tout juste sorti en français aux éditions Plume de Carotte. Vous y apprendrez à confectionner des bombes. Pas mal pour vous lancer dans la guérilla ! Mais bon, pas de celles qui blessent, qui répandent douleur et larmes autour d’elles. Non, ici, ces petites bombes exploseront de couleurs et de parfums. Enfin, pas tout de suite, quelques semaines, jours, mois, années plus tard.La nature et ses amis sont patients contrairement aux nuisibles… (les vrais, hein, pas ceux de votre jardin qui n’ont au fond rien de vraiment nuisible, eux !).

Si donc vous désirez vous essayer aux bombes à graines, voilà un livre sympa, rempli d’astuces, de pistes à explorer, d’adresses d’assos de guérilleros et de rebelles s’attaquant aux sites abandonnés, aux terrains vagues. Voilà de quoi vous lancer dans un mouvement né aux Etats-Unis bien évidemment et qui tout aussi bien évidemment a un peu de mal à trouver des volontaires en France. Quoique… Avec des lois un peu limites, le maquis français pourrait bien se réveiller !

Voir la fiche du livre sur le site de l’éditeur.

Si vous désirez en savoir plus sur cette sacrée histoire de loi des hommes tentant une fois encore de légiférer la nature, découvrez ce blog action de plusieurs associations http://www.semonslabiodiversite.com

En hiver au jardin avec le magazine des 4 saisons de Terre Vivante !

Les 4 saisons du jardin Bio

N°192

 

Période de parution : Janvier-février 2012

JARDIN

Un nichoir au jardin – Un refuge LPO en ville – Osez le hors-sol – Pois : croquants ou gourmands ? – A la soupe ! – L’ancêtre des pommes a de l’avenir
– Le pommier revisité – Les meilleures variétés

VIVRE L’ECOLOGIE

Rénover un appartement – Ustensiles de cuisson : que choisir ? – Villes – campagnes : résister au grignotage

 

Notre avis:

Voici venu le numéro hivernal des 4 Saisons du jardin Bio avec en couverture le fier rouge-gorge, compagnon des jardiniers dont l’édito nous apprend que l’oiseau se porte de mieux en mieux ce qui n’est pas le cas du bouvreuil ou du verdier pour ne citer qu’eux. Comme quoi, finalement, les nichoirs au jardin, s’ils sont malins et bien pensés, peuvent servir. Mais avant d’en poser, vérifier que des abris naturels ne soient déjà pas accessibles afin d’éviter aux oiseaux trop de facilité. Il faut aider la faune et la flore, pas les appauvrir !

Après une jolie visite dans le jardin de Françoise à Grenoble qui possède tout ce qu’il faut pour plaire aux oiseaux, aux insectes, aux hérissons comme aux escargots, un VRAI jardin, donc, on se jettera sur les pommes juteuses et croquantes que nous conseillent les pépiniéristes sans omettre e s’attarder sur cs fameux pommiers du Kazakhstan, le Malus sieversii, un ancêtre, pardon, L’ancêtre avéré de nos pommiers et qui devrait bientôt revenir sur le devant e la scène puisqu’il produit d’excellentes pommes et surtout est un arbre résistant aux maladies. Voilà un bel avenir pour un ancien si les hommes d’aujourd’hui dans leur course à l’urbanisation et au profit ne nourrissent pas trop le ver qui est dans la pomme ! Une urbanisation qui est également le sujet d’un autre article consacré aux paysans et fermes établies en périphérie des villes là où champs et immeubles cohabitent tant bien que mal. Alors qu’on décèle une volonté politique de voir les produits locaux revenir, de nourrir les villes de cultures intra muros ou presque, les difficultés des paysans n’ont jamais autant souffert du gain facile que représente la vente de terrain pour la construction. Il devient plus qu’urgent, pour protéger nos enfants et même les agriculteurs, de fixer un quota de terres non constructibles à jamais. Quand on connaît les difficultés financières et physiques que représentent le métier d’agriculteur, voir une terre passer de 50 centimes le mètre carré à plus de 100 ou 200 euros est incroyable. Qui résisterait à une telle tentation? Qui refuserait un billet de loterie gagnant ? Malheureusement, ce sont les meilleures terres agricoles de par leur nature et leur localisation (à côté des habitats et donc sans besoin de transports coûteux et polluants) qui disparaissent en premier. Un danger pour notre avenir qu’on est loin d’imaginer aujourd’hui.

Bref, un numéro très enrichissant, qu’on a pris beaucoup de plaisir à lire. On le recommande !

L’Histoire du raisin avec Plume de Carotte

Raisins
Auteur Serge Schall
Editions Plume de Carotte
Format : 16,5 x 24 cm
160 pages
Prix: 20 €

Le tour complet des histoires communes entre les hommes et les raisins !
De l’origine de la vigne à sa diversification, des cépages à la notion de terroir, de la taille aux maladies, en passant par le greffage ou par les histoires du raisin de table et de la vigne dans le paysage, voici le tour complet des histoires communes entre les hommes et les raisins. Découvrez, grâce à un catalogue de photographies de cépages, à taille réelle, la diversité de ces fruits d’exception et leur nom qui font rêver : Chasselas doré, Clairette du Midi, Lambrusco, Merlot rouge, OEil de dragon, Sultanine…Cet ouvrage, riche et précieux, accompagné d’un livret de recettes et d’une belle reproduction de vieille gravure, vous plongera dans l’étonnant univers des raisins…

Notre avis:
Cette petite collection parue il y a quelques mois aux éditions Plume de Carotte n’a rien à envier aux autres. On y retrouve ce même ton aussi informatif que délassant commun à l’ensemble du catalogue. Ici, Serge Schall, s’attaque au raisin même si son fruit préféré est le melon. Cela ne l’empêche nullement d’apprécier la saveur des fruits de la vigne ni certainement pas celle du vin, boisson des dieux, connue depuis l’antiquité et sans cesse améliorée pour aboutir à la qualité qu’on lui connaît aujourd’hui. Une qualité résultat d’un travail de nombreuses générations qui ont du parfois faire face à des maladies ravageuses comme celle apportée par ce petit insecte responsable de la disparition de la quasi totalité des pieds français, le très redouté phylloxera. Cette histoire et bien d’autres vous sont contées par l’auteur dans une mise en page très agréable, truffée de documents anciens, de photos magnifiques, d’anecdotes truculentes. Une lecture qui devrait plaire aux amateurs de vin justement puisqu’elle nous en apprend beaucoup sur le fruit et la plante à l’origine du pinard, de quoi élargir ses connaissances en arpentant les couloirs de l’Histoire autant que les vignobles. Et on se régale ! D’autant plus que le choix des cépages présentés en milieu de livre fait la part belle au raisin de table, ne l’oublions pas dans cette ivresse de lecture, il reste un incontournable dessert gourmand à partager avec nos enfants. Un bon conseil donc, croquez à pleines dents dans ce merveilleux ouvrage et buvez-en toute la prose !

Nicolas Hulot président ?

L’annonce de Nicolas Hulot est-elle une mauvaise ou une bonne chose ? Moi, j’ai plutôt tendance à applaudir. Déjà parce que c’est un sacré risque pour l’homme, pour ce qu’il représente et a fait jusqu’ici. Ensuite, parce qu’on en avait vraiment besoin. Cela permettra de créer, quoiqu’il advienne, un lobby vert appuyé dans un des plus grands pays d’Europe. Mais bien plus encore, le modèle alliant l’envirronement naturel et le social est un modèle auquel j’adhère complètement. Séparer la nature de l’homme est la pire chose qu’on ait pu faire dans notre pensée moderne. Les considérer dans un ensemble inséparable est remettre de l’ordre dans notre pensée. Et je suis par ailleurs convaincu qu’il y a pas mal de jobs à la clé dans cette perspective, ce qui, socialement, est porteur d’espoir. Mais pour tout cela, il nous faut changer, retrouver dans la nature, une philosophie de vie plus équilibrée. Regardons les arbres pousser et nous comprendrons qu’il est inutile de vouloir aller si vite; constatons les déséquilibres dans les gaspillages et les surconsommations de biens naturels, et nous réduirons une consommation devenue illogique. Bref, mettre beaucoup de vert dans le rouge et le bleu, ça ne sera que positif. Enfin, les détracteurs de Nicolas Hulot parmi les écolos eux-mêmes lui reprochent son côté marketing, le soutien de ses sponsors pour ses émissions, etc. Moi, comme toujours, je me dis que sans cela, il n’aurait jamais fait ce qu’il a fait. Il faut des porte-paroles internationnaux, pour le devenir, passer par les cases du monopoly politico-économique est incontournable. Et ça n’empêche nullement les petits comme nous d’agir à notre niveau, localement et de conribbuer aussi au changement de mentalité. Les deux vont de pair, car rien, non, rien, n’est dissociable.
Il n’y a donc plus qu’à espérer que la candidature de Nicolas Hulot entraîne une vraie prise de conscience et, pourquoi pas, rêvons un peu, redonne à la nature une vraie place dans le coeur des hommes.

Un jardin en carrés, c’est magique !

Le potager fait un retour en force dans nos jardins mais l’apprenti-jardinier est vite découragé. D’un côté, la culture en bandes demande une attention de tous les jours pour lutter contre les adventices, les maladies, les insectes et d’un autre côté, on se retrouve vite avec quantité de légumes à ne savoir qu’en faire.

Pourtant, il existe une méthode qui allie de nombreux avantages. Une façon de jardiner sans se faire mal au dos, sans demander des heures à chasser plantains, chardons, chiendents et autres indésirables… Une façon de jardiner qui plaira aussi bien à vos enfants qu’à votre vie où famille, travail, loisirs se bousculent sans cesse. Ce petit miracle, c’est le jardinage en carrés.

La méthode est simple, réinventée par Mel Bartholomew dans les années 80, la méthode renoue avec la tradition des jardins de curés et potagers moyenâgeux en y ajoutant une certaine rigueur et une rotation des cultures qui en explique le succès garanti

Le principe : prenez 16 carrés de 30 x 30 cm inscrits dans une planche, carrée elle-aussi de 1,20 m x 1,20m. Ensuite, prenez un papier et schématisez vos cultures suivant les règles de rotation, de besoin en nourriture, de plantes compagnes, etc. C’est l’étape la plus fastidieuse mais des livres existent pour vous aider, nous en verrons trois ci-dessous.

Enfin, il ne vous reste plus qu’à suivre vos schémas de plantation et de surveiller de temps à autre pour arracher très facilement les indésirables, évitez les quelques champignons et, bien entendu, assurer un apport en eau suffisant.

Les gros avantages de cette méthode sont:

– une terre parfaitement travaillée au départ

– une surface idéale pour y accéder facilement et donc quelque minutes par jour d’entretien

– si votre carré est surelevé, pas de mal de dos !

– un mélange de légumes, de fleurs, réduisant les risques de maladies, les attaques des insectes nuisibles aux cultures…

– un impact visuel élégant et très joli !

Potager au carré
Rosenn Le Page
Editions Rustica
Le jardin au carré
19 x 19cm
64 pages
Prix: 9,90€

Voici un petit livre à petit prix qui vous donnera de belles idées de réalisations. Son gros atout est avant tout de démontrer qu’un potager en carrés est très joli, peut prendre des directions thématiques différentes et réveillez en vous l’artiste qui sommeille. Un livre hautement conseillé aux bricoleurs et à ceux pour qui le jardin est avant tout un tableau à composer. Les quelques explications de culture sont un peu justes mais reprennent la base des choses à faire. Côté légumes : Ail rocambole ; Aubergine ; Bette à carde (poirée) ; Betterave ; Carotte ; Chou pommé ; Chou frisé ; Concombre ; Courgette ; Cresson alénois ; Épinard ; Fève ; Haricot ; Mâche ; Navet ; Oignon perpétuel (Oignon de Catawissa) ; Oseille ; Piment et poivron ; Poireau ; Pois ; Potiron et autres courges ; Radis ; Rhubarbe.

L’Art du potager en carrés
Jean-Paul Collaert, Eric Prédine
Editions Edisud
21 x 21 cm
112 pages
Prix : 15 €

Le livre qui suit la méthode classique de carrés de 30 x 30 cm avec des adaptations pour tous types d’envie et de lieux, même sur un balcon ! Bien écrit, simple à comprendre, avec un précieux calendrier des plantations et récoltes en fin d’ouvrage. Petit bémol, l’exemplaire entre nos mains a quelques pages mal imprimées qui rendent la lecture difficile et les photographies manquent un peu de charme. Mais ceci ne vous empêchera pas de mettre en application les judicieux conseils des auteurs pour réussir votre potager en carrés. Avec de belles fiches très détaillées sur les légumes suivants: ail, aubergine, betterave, carotte, céleri, chicorée, choux, concombre, courgette, cresson, échalote, épinard, fève, haricot, laitue, mâche, maïs, navet, melon, oignon, persil, poireau, poirée, pois, poivron, radis, tomate…

Le potager en carrés, la méthode et ses secrets
Anne-Marie Nageleisen
Editions Ulmer
168 pages
Prix: 24.90 €

Comme l’ouvrage précédemment décrit, celui-ci vous explique en détail l’art du potager en carrés si ce n’est que l’expérience de l’auteure lui fait dire qu’il vaut mieux travailler en carrés de 40 cm de côté que de 30. Plus d’espace pour vos plantes donne une meilleure récolte. Et à lire l’ouvrage, on ne peut qu’y voir refléter l’expérience : depuis 2003, l’auteure jardine en effet en carrés. Très bien écrit, le livre fourmille de conseils précieux pour réussir votre potager dans une ligne directrice très bio, insistant sur l’importance du sol (et donc d’un compostage maison) et des rotations de cultures (et donc d’une barrière naturelle pour les insectes nuisibles et maladies). On a également apprécié toutes ces petites choses simples à mettre en place et qui augmenteront vos chances de récolter de bons gros légumes: haie écologique, abris pour auxiliaires, etc.
Un ouvrage vraiment très complet et plaisant à lire comme à mettre en pratique.
Petites fiches signalétiques et pratiques en fin d’ouvrage sur les légumes suivants: ail, aneth, basilic, betterave, carotte, céleri, céleri-rave, cerfeuil, chicorée, choux, ciboulette, concombre, coqueret, coriandre, courgette, cresson, échalote, épinard, estragon, fenouil, fève, fraisier, haricot, hysope, laitue, mâche, maïs, mélisse, melon, navet, oignon, oseille, persil, piment poivron, pissenlit, poireau, poirée, pois, pourpier, radis, roquette, sarriette, sauge, thym, tomate…

Et maintenant, à vous de jouer !
Tenté par la culture de potager en carrés ? Voici quelques conseils pour vous lancer:
– commencez petit, une planche de carrés à quatre maxi pour vous habituer au début
– pensez à une structure démontable pour vos premiers essais
– placez votre carré au soleil et n’oubliez pas d’arroser !
– utilisez si possible la terre de votre jardin améliorée d’un compost maison
– ne laissez jamais la terre nue, pensez aux fleurs pour égayer les carrés récoltés ou aux engrais verts (phacélie, moutarde…)

Pour le reste, fiez-vous aux livres ci-dessus ou aux sites internet qui regorgent d’expériences toujours utiles à comparer aux siennes. Enfin, réservez les légumes de grande consommation aux planches de culture habituelles, difficile en effet de récolter suffisamment de pommes de terre et d’oignons, voire de poireaux, pour la consommation annuelle. Il vous faudra donc les cultiver comme avant ou les acheter en magasin.

Enfin, faites participer vos enfants ! Ce type de culture est vraiment attractif pour eux et la disposition en carrés, avec bordure et encore mieux dans un cadre surélevé leur permettent de participer facilement sans risque d’abîmer les légumes. Commencer par les radis, un classique que les enfants adorent !